Fantasy,  J adore,  Romans

Six of crows

Autrice : Leigh Bardugo
Editeur : Le livre de poche jeunesse
2017 / 576 pages
7.90 € 

Les bas-fonds de Ketterdam s’organise en gangs rivaux. L’homme le plus ambitieux et le plus jeune de la pègre est Kaz Brekker. Aussi brillant que mystérieux, aussi charismatique que dangereux, et surtout, connu pour être un voleur hors pair. Prêt à tout pour de l’argent, il accepte la mission du riche marchand Van Eck : délivrer un savant du palais de Glace, réputé imprenable. Ce prisonnier est l’inventeur du jurda parem, une drogue multipliant sans limite les pouvoirs surnaturels de la caste des magiciens : les Grishas.
Une drogue, qui, tombée dans les mauvaises mains, risque d’engendrer un chaos irréversible. 

Mon avis :

Imaginez vous dans une ville où pour survivre, il faut être un battant. Ne pas montrer ses faiblesses, commander, se montrer dur, en tout lieu, à tout moment. Une ville, un pays, où l’argent est roi, et par conséquent, le commerce aussi. C’est là dedans qu’on plonge, dans le si bien fait Grishaverse de Leigh Bardugo, une autrice américaine exceptionnelle (mon opinion est basée sur les trois romans que j’ai lus d’elle) qui va vite faire partie de mes préférées, je le sens.

Dans le premier tome, on suit un groupe de héros issus de ces milieux, par la naissance ou pas, originaires de différentes nations, de différentes croyances, de différents milieux. Mais tous, sans exception, ont été gravement marqués par la vie.

Kaz, mon préféré, qui porte sans cesse des gants, infirme, qui doit marcher avec une canne par conséquent malgré son jeune âge, froid, cruel, distant, intelligent, tordu… Inej, le Spectre, qui sait tout sur tout de la ville, acrobate à l’équilibre et au sang froid stupéfiants. Jesper, le grand joueur aux pistolets, qui ne manque jamais son coup. Matthias, qui doit faire face à ses sentiments pour Nina, Grisha, faisant partie du peuple que lui et les siens exterminent, Wylan, le fils de celui qui va devenir le pire ennemi de Kaz…

On va voir comment ils se débrouillent, pour devenir les plus puissants des bas-fonds de Ketterdam. Une quête impossible va aussi entrer dans les pages de ce roman. De l’argent, de la gloire, de la misère : tel est le quotidien de cette bande. Tels sont les thèmes principaux de l’histoire aussi.

Examinons maintenant un peu plus le personnage de Kaz. Il est juste incroyable. Ce n’est pas le héros bourré de préjugés. Il est très différent des héros classiques: intéressé que par lui-même, par l’argent et le pouvoir, ces choses que les personnages habituels dénigrent totalement. D’ailleurs, je ne devrais pas le qualifier de héros, puisqu’il n’en est absolument pas un, mais plutôt de personnage principal. Dont je suis absolument fan… Pour tout vous dire (si vous connaissez ma passion pour les persos suivants !) il est pour moi presque l’égal de Drago, Wan et Tugdual, l’élite de l’élite des personnages de littérature ado. Autant dire qu’il est extraordinaire.

Des personnages, il y en a beaucoup, voici seulement les principaux. Leurs relations vont évoluer, leurs caractères aussi, et c’est, au fond, peut-être ce que je préfère chez cette autrice : ses personnages sont justes incroyables, son monde aussi.

Ce que j’ai peut-être moins aimé, c’est une sensation que je n’arrive pas à expliquer. Une impression diffuse, que j’ai dans beaucoup de lectures fantasy. J’ai l’impression que tout va trop vite, que certaines choses, certaines figures sont faites exprès, mais cela n’apporte rien à l’histoire. J’ai l’impression que tout est condensé, pour ne pas faire plus de pages qu’il n’y en a déjà. Ma conclusion est donc que cette même histoire aurait dû être divisée en trois tomes, voire quatre, de la même longueur que ces deux là, pour qu’on puisse profiter un max de l’histoire.

Sinon, quoique la densité de cette histoire empêche un peu d’en profiter, j’ai beaucoup aimé l’écriture.

A présent… Attention SPOILER ! Ne doivent lire la suite que ceux qui ont lu les deux tomes !

C’est Nina qui aurait dû mourir moi je dis, pas Matthias. Ou peut-être les deux. Parce que là, on voit bien que cette mort est pour ne pas faire genre : “tout s’est bien passé, tout va bien, personne n’est mort”, alors que c’était un plan totalement kamikaze, insensé, et qui pouvait mal tourner toutes les deux minutes. Alors Matthias, c’est celui qui a promis de protéger Nina, tout ça, pas super intéressant une fois son évolution faite, dont les lecteurs (même si certains l’adorent) peuvent se passer majoritairement. Donc je trouve ça trop facile. Matthias aurait pu se venger, pour Nina, mais là… niet. Quelques larmes, et puis c’est tout. Voilà, maintenant je vous quitte, après vous avoir bien saoulé avec mon article plus que long… Bye !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.