Library jumpers – 1. La voleuse de secrets

Auteure : Brenda Drake
Editeur : Lumen
2016 / 492 pages
15.00

Fervente lectrice, passionnée d’escrime, Gianna a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Elle visite pour la première fois l’Athenæum, l’une des plus anciennes bibliothèques de Boston, accompagnée de ses deux meilleurs amis, quand elle remarque le comportement étrange d’un mystérieux jeune homme. L’inconnu finit même par se volatiliser presque sous ses yeux, penché sur un volume des Plus Belles Bibliothèques du monde.
Lorsque Gia s’approche à son tour de l’ouvrage, elle se retrouve transportée de l’autre côté du globe, à Paris, dans une magnifique salle de lecture dont une bête menaçante arpente les rayons, comme elle ne tarde pas à le réaliser avec un frisson… La jeune fille vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage : une poignée de bibliothèques anciennes mène en effet vers un monde où magiciens, sorcières et créatures surnaturelles s’affrontent depuis des siècles pour éviter que le peuple des hommes ne découvre leur existence.
Gia apprend qu’elle est l’une des Sentinelles chargées de protéger cette société secrète. Pire encore, qu’elle est la fille de deux de ces guerriers d’exception – une union interdite – et que sa naissance n’est autre que le présage de la fin du monde. Une malédiction qui lui interdit absolument de se rapprocher d’Arik, l’inconnu aux yeux noirs de l’Athenæum… Bestiaire fabuleux, objets magiques, voyage entre les univers… Jamais plus vous ne regarderez un vieux livre poussiéreux du même œil ! Avec La Voleuse de secrets, Brenda Drake vous entraîne à la suite de Gia dans une quête initiatique périlleuse et riche en révélations.

Mon avis :

J’ai adoré ce roman. Une aventure pleine de suspense et de rebondissements. J’ai apprécié les anciens troubles entre les hommes et les chimères, ainsi que la rancœur de ces dernières, ce qui ajoute du piquant au livre. Ce roman est raconté à la première personne, pourtant cela ne m’a pas choqué. J’ai aimé ce nouveau monde qui nous est présenté et la façon dont Gia l’aborde: avec crainte. Le système des bibliothèques et des passages-livres m’ont bien plu. Son existence interdite par la loi renforce le mystère ainsi que les règles pour les sentinelles et la prophétie. J’aime beaucoup les globes de Gia, celui de vérité et l’autre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *