Trylle – 1. Echangée

Autrice : Amanda Hocking
Editeur : Castelmore
2019 / 358 pages
7.50

Wendy était âgée de six ans lorsque sa mère a essayé de la tuer, convaincue qu’elle était un monstre. Des années plus tard, Wendy découvre que sa mère avait peut-être raison : elle n’est pas la personne qu’elle croyait être et toute son existence doit être démêlée. Tout ça à cause de Finn Holmes. Finn est un mystérieux garçon qui semble la protéger. Chaque rencontre avec lui bouleverse Wendy, surtout parce qu’elle est attirée par lui, même si elle ne l’admettrait jamais.
Mais la vérité ne tarde pas à arriver : Wendy et lui ont été échangés à leur naissance. Et aujourd’hui, il vient la ramener dans sa vraie famille. Pour découvrir sa véritable identité, elle doit abandonner son ancienne vie. Commence alors un voyage aussi beau qu’effrayant vers un monde magique dont elle ne soupçonnait pas l’existence. 

Mon avis :

C’est un roman que j’ai bien aimé. 

J’ai apprécié le concept de l’histoire, ce sur quoi elle est basée: l’échange de bébés à la naissance, par des espèces différentes. C’est ainsi que bascule l’existence de Wendy: la révélation de sa naissance et de son appartenance à un monde magique.  Obligée à fuir dans des lieux qu’elle ne connait pas, avec des gens dont elle ignore tout, elle découvre alors que c’est elle la princesse Trylle… C’est là que l’aventure va commencer…

Il y a beaucoup de mystères dans ce livre, de non-dits, de suspense. Il est vraiment captivant, on a toujours envie de lire la suite.

Les pouvoirs des Trolls sont vraiment extraordinaires, et tous différents. En cela, ça me fait un peu penser à Gardiens des cités perdues de Shannon Messenger.

Leur monde magique, bien que semblable au nôtre, est fascinant par sa monarchie compliquée, ses coutumes, ses règles, et bien que tout ne soit pas tout rose, il est vraiment incroyable. Je me suis attachée à Wendy, mais pas aux autres personnages. Je les ai trouvés trop surfaits, ou trop changeants, sans savoir pourquoi un coup ils font ça, et l’autre coup autre chose. Il y a peut-être juste Rhys que j’ai bien aimé, qui est vraiment extraordinaire par sa simplicité.

Fairy Oak – 1. Le Secret des Jumelles

Autrice : Elisabetta Gnome
Editeur : Kennes
2015 / 343 pages
15.00

A Fairy Oak, depuis plus de mille ans, quand sonne minuit, de minuscules fées lumineuses racontent des histoires de petits enfants à des sorcières attentives. Insolite, n’est-ce pas ? ! Chacun sait en effet que les fées et les sorcières ne s’entendent pas très bien et que ces dernières n’aiment pas du tout les enfants. Mais nous sommes dans la Vallée de Verte -Plaine, dans le village de Fairy Oak, et ici, les choses ne se passent pas comme ailleurs…

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce livre! C’est une relecture, mais au fond j’ai redécouvert totalement l’histoire… je ne m’en souvenais plus du tout!

Dans le village de Fairy Oak, les fées sont les “nounous” des enfants. Féli (Féeliseuse), la narratrice, est la fée nounou de deux jumelles, Vanilla et Pervinca. Mais un antique ennemi vient perturber l’harmonie entre  les sorciers de lumière, les sorciers de l’obscurité, et les personnes ordinaires. Les jumelles se retrouvent au cœur des projets du Terrible 21…

Personnellement je me suis très vite attachée aux jumelles mais aussi aux autres personnages qui sont géniaux, de même que leurs pouvoirs. Il y a beaucoup de suspense et l’intrigue est entraînante. L’histoire suit un peu la structure d’un conte, mais en plus complexe.

En un mot, une série pour tous les amateurs de fantastique!

Bonus: deux superbes carnets dans le style de la couverture (“Mes souvenirs” et “Nos amis”) avec des illustrations afin de mieux imaginer les personnages et les lieux.

 

La guerre des mercredis

Auteur : Gary-D Schmidt
Editeur : L’école des loisirs
2018 / 447 pages
8.80

S’il y a un élève du collège que Mme Baker, la prof d’anglais, ne peut pas voir en peinture, c’est bien Holling Hoodhood. Chaque mercredi, alors que la classe de cinquième est dispensée de cours pour se rendre à la synagogue ou au catéchisme, Hulling Hoodhood, qui n’est ni juif ni catholique, est condamné à rester avec Mme Baker. Elle le lui fait payer. Cela fait plusieurs mercredis qu’il nettoie les tableaux, dépoussière les effaceurs, décrasse les fenêtres.
Et voilà que Mme Baker s’est mis en tête de lui faire lire du Shakespeare ! Pendant que Holling Hoodhood découvre La Tempête, l’histoire des Etats-Unis suit son cours. 

Mon avis :

J’ai bien aimé ce roman qui est très original.

On suit le jeune Holling du début à la fin, dans une situation qui évolue progressivement. Tout en suivant avec intérêt sa vie, ses soucis et ses bonheurs, on découvre aussi une fraction de l’histoire des États-Unis, dans les années 1960 avec la guerre du Vietnam. C’est très intéressant, et raconté avec dérision et humour.

L’écriture est agréable, on lit aisément ce roman, sans que ce soit trop facile non plus. Holling considère tout d’une manière bien à lui, et c’est assez amusant de voir comment il envisage les événements.

Il y a beaucoup de retournements de situation, dans un sens puis dans l’autre, et on est toujours surpris, tout en découvrant plus en profondeur les personnages. Petit à petit, on cadre moins sur Holling, même si c’est toujours ses aventures, mais le plan s’élargit sur quelques épisodes de la vie de son entourage.

C’est un roman vraiment original, passionnant et agréable, je vous le conseille vraiment, quitte à sortir de vos lectures habituelles (car moi non plus, ce n’est pas vraiment ce que je lis d’ordinaire)!!!

Nevermoor – Le Wundereur- 2. La mission de Morrigane Crow

Autrice : Jessica Townsend
Illustrateur : Sasha Illingworth et Angela Taldone
Editeur : Pocket Jeunesse
2019 / 525 pages
17.90 €

Morrigane Crow a réussi. Elle a vaincu la malédiction, triomphé de toutes les épreuves et rejoint la Société magique Wundrous. Mais rien ne se passe comme elle l’aurait rêvé et son apprentissage à l’école se révèle un parcours semé d’embûches… Quand les membres de la Société disparaissent un à un, les soupçons se portent sur Morrigane…

Mon avis :

Le Wundereur, une suite encore meilleure que Nevermoor!!! J’avais déjà adoré le premier tome, mais là, c’est vraiment un chef d’œuvre!

On continue l’aventure avec Morrigane Crow, mais cette fois, dans la société Wundrous! Mais rapidement, des disparitions, des menaces, et la méfiance de ses camarades gâchent son bonheur tout neuf…  Et pour finir, Jupiter Nord qui n’est pas là pour l’assister dans ces épreuves! Morrigane Crow doit se débrouiller seule… Et essayer de ne pas faire de bêtises!!!

Les personnages sont vraiment attachants, merveilleux, et captivants; et on a de plus en plus de mal à les quitter à la fin du livre. Leurs talents sont fantastiques, époustouflants, et c’est un véritable plaisir de les accompagner tout au long de l’histoire!

Le mystère est très présent dans ce livre: en tout premier lieu, le monde créé par l’autrice, qui nous réserve des tas de surprises, et qui n’a pas fini de nous surprendre avec ses étrangetés. Et puis après, l’intrigue, qui est très bien imaginée: elle nous tient en haleine tout le long du livre, et on se pose toujours des questions!

Dans ce tome, la limite entre le bien et le mal oscille,  et Morrigane doit affronter nombre de dilemmes et d’épreuves, et ça rajoute encore du plaisir!!! J’ai hâte de découvrir la suite (pitié, qu’elle sorte vite!!!), et j’attends avec impatience de découvrir ce que l’autrice nous réserve!

Sauveur et fils – Saison 1

Autrice : Marie-Aude Murail
Editeur : L’école des loisirs
2018 / 400 pages
7.80

Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras ; Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin ; Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft ; les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, il en oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? 

Mon avis :

J’ai vraiment bien aimé ce roman que j’ai trouvé très intéressant, bien qu’il ne soit pas du style dont j’ai l’habitude.

L’histoire est constituée du récit d’un psychologue qui parle de ses patients… croit-on au premier abord! En effet, on découvre aussi petit à petit la vie du psychologue lui-même, Sauveur:  son passé, ses problèmes, et aussi ceux de son entourage, notamment ses relations avec son fils Lazare.

C’est un livre plein d’émotions, qui sonne comme un rappel: les difficultés sont faites pour être surmontées et les erreurs doivent servir de leçons…

Ce n’est pas un récit basé sur le suspense: il n’y a pas d’aventures trépidantes, mais il est vraiment génial dans son genre!

A la poursuite d’Olympe

Autrice : Annie Jay
Editeur : Le Livre de poche Jeunesse
2015 / 352 pages
5.90

A Paris, en 1689, une fille qui choisit la liberté, ça ne se voit pas tous les jours. Fuir le couvent, les sombres intrigues de la cour du roi Louis XIV et devenir femme du peuple, cela ne se fait pas. Et pourquoi pas ? Pour Olympe, ce n’est que le début de l’aventure.

Mon avis :

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Je l’ai eu quand j’étais beaucoup plus petite, mais j’en avais à peine entamé la lecture, et là, j’ai eu envie de le lire. C’est bien sûr un roman d’Annie Jay, mon autrice historique préférée! Et comme ses autres œuvres, il était vraiment génial!

Dans cette histoire, on va suivre Olympe, une jeune fille rebelle du dix-septième siècle. Au mépris des traditions et de son rang, elle va fuir le couvent, la cour et son père. Elle devient fille du peuple, envers et contre tous. Mais, elle va vite découvrir un terrible complot, et son extraordinaire périple devient plus extraordinaire encore… 

Ce livre est plein de suspense, et à chaque page, on est de plus en plus surpris. Tout est génial: l’écriture, l’aventure, et l’aspect historique du livre.

L’histoire est exceptionnelle, même pour une fiction: une jeune noble qui renie sa condition et son argent, ça ne se voit pas tous les jours!

Pour résumer, une aventure très originale, pleine de suspense, avec des personnages attachants et un point de vue original sur la noblesse.

 

Ceux qui ne peuvent pas mourir – 1. La bête de porte-vent

Autrice : Karine Martins
Editeur : Gallimard Jeunesse
2019 / 310 pages
17.00

1887. Gabriel Voltz n’est pas un enquêteur ordinaire. Sa spécialité : la chasse aux Egarés, ces créatures hérétiques qui se cachent sous une apparence humaine. Lycans, cocatrix, volkolaks, loups-garous… Aucun de ces monstres n’a jamais résisté à la force surnaturelle de Voltz. Mais depuis qu’il a pris Rose sous son aile, une orpheline tout aussi insupportablement têtue et fouineuse qu’attachante, il s’expose au courroux de son puissant employeur, l’Ordre de la Sinate-Vehme.
Quand la confrérie l’envoie dans le Finistère pour élucider une mystérieuse affaire de meurtres, Voltz n’a d’autre choix que d’emmener l’adolescente avec lui. L’enquête s’annonce plus périlleuse que prévu, lorsque toutes les pistes convergent vers le mystérieux domaine de Porte-Vent…

Mon avis :

Un livre haletant que j’ai beaucoup aimé!

Voltz, immortel, doit partir en mission pour arrêter une mystérieuse bête qui commet des meurtres dans un petit village. Mais il se voit bientôt obligé d’emmener sa petite protégée…

Dedans, on apprend très vite à connaitre les personnages, et aussi à les apprécier, pour certains. La relation entre Voltz et Rose est très intéressante, et même si leurs disputes sont parfois violentes, on s’amuse de la complicité entre ces deux, pourtant si différents: Voltz, immortel, et qui travaille seul, et Rose, petite adolescente qui lui pose toujours des questions, et se mêle de ce qui ne la regarde pas!

L’histoire est passionnante, palpitante, et on a toujours envie d’aller plus loin dans sa lecture. On a du mal à lâcher le roman, et on se pose toujours des questions. J’ai vraiment hâte de lire le prochain tome, car la fin nous laisse en plein doute…

Les créatures sont fantastiques, et même si on n’en voit pas beaucoup dans le livre, on se les imagine toutes, et c’est très intéressant.

Je vous conseille vivement ce livre si vous voulez du fantastique et/ou des enquêtes pleines de suspense!!!


 

Eragon – Légendes d’Alagaësia – 1. La Fourchette, la Sorcière et le Dragon

Auteur : Christopher Paolini
Editeur : Bayard
2019 / 314 pages
15.90

Entrez dans le monde magique de l’Alagaësia… et au-delà… Un an s’est écoulé depuis qu’Eragon a quitté l’Alagaësia en quête du foyer parfait pour entraîner une nouvelle génération de Dragonniers. Aujourd’hui, il lutte contre un océan infini de tâches : construire un large refuge pour les dragons, négocier avec les fournisseurs, protéger les œufs des dragons, et s’occuper des Urgals belliqueux et des Elfes hautains.
Mais une vision créée par les Eldunarí, des visiteuses inattendues, et une captivante légende urgal vont lui procurer une distraction nécessaire et lui offrir une autre perspective. Savourez l’imagination incomparable de Christopher Paolini dans ce palpitant recueil d’histoires se déroulant dans le monde du cycle de l’Héritage.

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé retrouver les créatures et les personnages, bien que certain(e)s manquent.

Déjà, l’édition en elle-même est magnifique, avec la tranche dorée (!!!) et la couverture cartonnée (!!!), et une illustration superbe… Mais le contenu est encore mieux: on replonge dans le monde de l’Alagaësia aussi sûrement que si l’on avait lu le livre la veille.

On retrouve aussi avec plaisir l’écriture de l’auteur, qui nous porte dans un monde qui nous est familier, bien que plein de magie. On se sent tout de suite à l’aise dans ce monde.

J’ai juste un peu regretté les aventures folles, les batailles, et l’apprentissage de la magie. Ce livre-là tourne davantage autour de la réflexion, et bien que ce soit tout aussi génial, ça me fait un peu bizarre.

Je suis moins “nouvelles”, mais pour le coup, j’ai beaucoup aimé celles-ci. Elles ont un sens assez profond, et même si en apparence, elle n’ont aucun lien, les intermèdes entre elles avec la réflexion d’Eragon leur donne un sens commun.

Mais je ne peux pas en dire plus, juste : lisez-le absolument si vous aimez la fantaisie, et si vous avez aimé la saga “L’Héritage”.

Bonne lecture!!!


 

Wicca – Le manoir des Sorcelage

Autrice : Marie Alhinho
Editeur : Poulpe Fictions
2019 / 220 pages
12.95

Avril et Octobre Sorcelage sont frère et sœur et fréquentent le même collège, mais ce ne sont pas des adolescents ordinaires ! Toute leur famille pratique la Wicca, une sorcellerie naturelle et bienveillante, qui les dote de puissants pouvoirs. Lorsqu’ils réveillent un démon des reflets dans un vieux miroir ensorcelé, ils ignorent qu’un terrible danger pèse dorénavant sur le manoir et sur tout le village ! Grâce à leur meilleure amie, Nour, et au feu follet H, Avril et Octobre doivent en apprendre davantage sur ce démon hors du commun et le remettre en cage avant qu’il ne cause des dégâts irréparables..

Avis:

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman de chez Poulpe Fictions, qui est une vraie pépite en son genre! Merci pour cet envoi que j’attendais avec impatience!

Les héros Avril, Octobre, et Nour sont vraiment attachants, tout au long du livre, et on les voit avec plaisir évoluer dans leur univers de sorciers. On les suit dans leur quête, d’abord pour retrouver la pierre qui manque à l’équilibre de leur village, puis pour arrêter le démon qu’ils ont libéré par accident. 

Les illustrations sont toujours magnifiques avec chez Poulpe Fiction, mais là, l’illustratrice Diglee s’est vraiment surpassée! La couverture est magnifique (à l’image du contenu du livre) et les illustrations de début de partie aussi. En plus, de petits dessins tout jolis accompagnent la lecture très agréablement.

On s’attache très vite aux personnages, qui sont vraiment extraordinaires. Il n’y a pas seulement Nour, Avril, Octobre et H, il y en a plein d’autres, comme Nana, la matriarche, les fantômes qui sont omniprésents… La magie imprègne vraiment le livre, allant du manoir qui est presque vivant, aux potions et aux sortilèges, en passant par les rituels très mystérieux.

C’est un livre très divertissant, peu compliqué à lire, mais tout de même très complet et on plonge dedans sans même s’en rendre compte. Je vous le conseille vraiment si vous avez envie d’un roman jeunesse rafraichissant, sans être trop enfantin dans l’histoire.

Bonne lecture!!! A partir du jeudi 3 octobre en librairie!

 


Les quatre filles du Docteur March

Autrice : Louisa May Alcott
Editeur : Gallimard Jeunesse
2009 / 374 pages
9.00

Une année, avec ses joies et ses peines, de la vie de Meg, Jo, Beth et Amy, quatre soeurs âgées de onze à seize ans. En l’absence de leur père parti à la guerre, elles aident leur mère à assumer les tâches quotidiennes, avec leurs caractères bien différents : Meg, la romantique, qui va éprouver les émois d’un premier amour : Jo, qui ne se départ jamais d’un humour à toute épreuve ; la généreuse. Beth ; et Amy, qui se laisse aller parfois à une certaine vanité… 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce livre, que je trouve génial! On suit la vie de quatre jeunes filles aux USA au XIXème siècle,  avec leurs malheurs et leurs bonheurs, leurs bons moments et leurs mésaventures.

Ma préférée est Jo, à qui je me suis beaucoup attachée, mais j’aime bien aussi un peu tous les personnages. J’ai peut-être préféré Jo parce que, sur certains points, je me suis identifiée à elle. Ecrivain en herbe, mauvais caractère, poète, et qui ne se soucie pas des robes, des bijoux, aime passer son temps à prendre la plume ou à rêvasser, et un peu ambitieuse quant à sa carrière et à ses projets…

Avec la guerre de Sécession, elles ont leur lot de malheurs, comme tout le monde, mais la façon dont elles y font face est très intéressante. Elles essayent d’être bonnes, serviables, et beaucoup d’autres choses à la fois. Mais l’avantage, c’est qu’elles n’y arrivent pas toujours, et cela les rend plus humaines. Chacune a ses défauts et ses qualités, et essaie de se corriger du mieux qu’elle peut.

Bien sûr, c’est un classique, alors la lecture est un peu difficile, mais j’ai quand même adoré ce roman…