Evill

Auteur : Taï-Marc Le Thanh
Editeur : Didier Jeunesse
2019 / 523 p.
15€

“Sidérius consulta sa montre et annonça : Cela fait très exactement vingt-trois minutes et quatorze secondes que tu es mort. Puis, ne laissant pas au garçon le temps de réagir, il débita d’un trait :
– Je suis ce qu’on appelle communément un dieu et tu es désormais sous ma protection.”

Au moment de rejoindre le royaume des défunts, Evill, 14 ans, fait instinctivement marche arrière. Doit-il rejoindre les Proscrits, un groupe de rebelles alliés contre la domination divine ?

Entre les forces du Bien et du Mal, la guerre des clans est déclarée !

Mon avis:

Bienvenue au paradis sur la merveilleuse planète Esiris… ou pas! C’est bien le thème de la mort qui domine ce roman que j’ai beaucoup aimé. Ou plutôt ce qu’il y a après la mort…

Evill, un jeune mort, va découvrir qu’il a deux choix: entrer dans une sorte de paradis en suivant le dieu Sidérius, ou rester dans notre monde  sous forme de fantôme. Il décide de rejoindre les Proscrits sur Terre, mais à ses risques et périls… car les dieux (pas si désintéressés que ça) désapprouvent ce choix!

Les héros sont tous très attachants, pleins de qualité et de vie malgré leur décès lointain pour la plupart. J’ai beaucoup aimé aussi le monde dans lequel ils évoluent: il est très développé et sa réinterprétation m’a plu!

Cette histoire contient beaucoup de suspense: on se demande toujours ce qui va suivre! Avec de nombreux et surprenants retournements de situation, le rythme est haletant!

La fin m’a surprise je l’avoue! Et même un peu attristée car c’était difficile de quitter ces personnes -pardon, ces personnages!

Une très bonne lecture pour résumer, que je vous conseille fortement! Et un auteur que j’aime de plus en plus!

Sky fall – 1. Let the sky fall

Autrice : Shannon Messenger
Editeur : Lumen
2015 / 501 p.
15€

Personne ne s’explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l’ouragan qui a tué ses parents. À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête, il n’avait pas le moindre souvenir de son passé – à l’exception du beau visage d’une fillette ballotée par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme, qui s’accroche à l’espoir qu’elle ne soit pas qu’un fantôme. Il ne croit pas si bien dire.
L’inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n’a rien d’humain. C’est une sylphe, une créature liée au vent, qu’elle sait manipuler pour voler dans les airs, transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger. Malheureusement, l’histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi l’existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie : le jeune homme n’a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c’est la mort qui l’attend. Les nuages s’amassent à l’horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert… Survivront-ils à l’orage qui se lève à l’horizon ?

Mon avis:

C’est un véritable coup de cœur pour ce roman de Shannon Messenger, mon autrice préférée!

Dans le premier tome de cette trilogie, Vane, le héros, découvre que s’il a survécu à la tempête qui a tué ses parents lorsqu’il était petit, c’est parce qu’il est un sylphe du vent… Ce secret lui est révélé par Audra, autre sylphe du vent, qui est sa gardienne. Car il est le futur roi, et le dernier rempart contre l’ennemi… Pour ne pas se faire tuer, et anéantir tout espoir de son peuple, il devra apprendre très vite à utiliser ses pouvoirs…

Dans ce livre, l’autrice nous révèle, encore une fois, la complexité de ses univers, et nous présente des personnages très attachants. L’intrigue est complexe, il y a beaucoup de suspense et de retournements de situation. Il a, de l’action, certes, mais aussi des descriptions riches et précises, ce qui permet de nous plonger encore mieux dans le monde imaginé.

Hâte de découvrir la suite!

Shannon Messenger, l’autrice de la série

Sans foi ni loi

Autrice: Marion Brunet
Editeur : PKJ
2019 / 22I pages
16.90 € 

Lorsqu’une hors-la-loi débarque chez lui et le kidnappe, Garett est terrifié. Pourtant Ab Stenson, cette femme indomptable, est celle qui lui ouvrira les portes d’un avenir moins sombre, loin de son père violent. Fasciné par sa ravisseuse, Garett découvrira ses plus grands secrets, ceux qu’on ne révèle qu’à ses plus proches amis. Dans son sillage, il rencontrera l’amour et l’amitié, là où il les attendait le moins.
Jusqu’au bout de la route, où Ab lui offrira le plus beau des destins : la liberté.

Mon avis:

J’ai bien aimé ce livre qui est à la fois plein d’action, mais qui est aussi assez lent à sa façon.

Comme vous le savez peut-être déjà, il a été la “Pépite d’or 2019” du SLPJ de Montreuil. J’avais déjà lu celle de 2018 (L’enfant de pousssière), et, honnêtement, même si j’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai été un peu déçue. Il était génial, mais .. peut être un peu trop court, pas assez profond.

Dans cette histoire, on suit Garett, qui, justement, suit Ab, d’abord forcé, puis plus tard, volontairement. Ab est une femme. Libre. Et une hors la loi, qui plus est. Alors, forcément, les hommes (et les femmes) de son époque, ça les énerve!

C’est aussi ce qui m’a plu, dans ce livre, l’aspect historique, qui nous montre la dureté de l’époque, le mépris réservé aux femmes, aux noirs, à tous ceux qui ne sont pas tout à fait comme les autres dans cet Ouest américain au début du XXème siècle. 

L’écriture est plutôt envoûtante, belle, et facile à suivre. J’ai juste regretté les mots vulgaires qui parsemaient le texte, je pense que l’autrice aurait pu s’en passer. Mais bon…

Je pense que j’étais limite en âge pour le lire: ça passait, mais je ne le conseillerais pas aux plus jeunes, que ce soit au niveau de l’écriture, que du sujet. Je le conseille aux grands ados plutôt!

Berlin 1989: un mur s’écroule – Journal d’Anita (août-novembre)

Autrice : Sophie Humann
Editeur : Gallimard Jeunesse (collection “Mon histoire”)
2019 / 143 pages
12.50

Lis le journal intime d’Anita et vis avec elle la chute du Mur de Berlin. Mercredi 4 octobre 1989, Berlin-Est. “Voilà ce qui a été dit à son père et à sa mère. Dimanche matin, à l’aube, mon amie a essayé de franchir le Mur, au sud de la ville, ses parents ne savent pas où exactement. Elle a réussi à passer le premier mur, mais les chiens ont donné l’alerte tout de suite. Les gardes-frontières lui ont ordonné de s’arrêter, une fois, deux fois.
Elle a continué, elle a couru vers les barbelés”. 

Mon avis :

J’ai bien aimé ce joli petit livre. J’avais, en cours d’allemand, un peu étudié le Mur de Berlin, mais comme ça m’intéressait, j’ai aussi eu envie d’approfondir  le sujet avec un point de vue interne.

On suit, dans ce livre, Anita, jeune Allemande de l’Est. Dans ce journal intime sont partagés ses désirs, ses peurs, son histoire, celle de sa famille et de ses amis  .

C’est un roman court, mais avec beaucoup d’informations dedans, et ce que j’ai particulièrement aimé, ce sont les doutes de l’héroïne. Cela nous montre en particulier que si les Allemands de l’Est voyaient clair dans les manœuvres de leur gouvernement, ils ne savaient pas forcément comment réagir…

En tout cas, c’est un bon moyen de se cultiver avec plaisir! Je regarderai s’il existe d’autres titres dans cette collection!

Orgueil et préjugés – 1. Les cinq filles de Mrs. Bennet

Autrice : Aurore (adaptation de Jane Austen)
Illustratrice : Aurore
Editeur : Editions Soleil
2019 / 46 pages
14.50


Tout Longbourn est en émoi depuis l’arrivée dans le manoir voisin du jeune et célibataire Mr Bingley. C’est l’espoir qu’attendait Mrs Bennet, menacée par la ruine, de marier l’une de ses cinq filles à un beau parti. Ce dernier est accompagné de ses deux soeurs et de son meilleur ami, le richissime mais méprisant Mr Darcy. Alors que les préparatifs du prochain bal occupent déjà tous les esprits, Mr Bingley tombe bientôt amoureux de Jane Bennet.
Quant à Elizabeth, elle a toutes les peines du monde à supporter ce Mr Darcy ! 

Mon avis :

Un vrai coup de cœur pour cette BD qui, je l’avoue, m’a surprise. Bien que j’aie souvent vu passer cet album sur Instagram et que le titre du roman de Jane Austen ne me soit pas inconnu, je n’avais qu’une vision très vague de l’histoire racontée.

La BD adapte donc une histoire très célèbre de la romancière anglaise. Elle raconte la vie de cinq jeunes filles dont la famille semble avoir quelques problèmes financiers. L’histoire se déroule au 19ème siècle dans une famille noble qui vit à la campagne. Tous les espoirs sont permis pour cette famille lorsqu’un riche jeune homme vient s’installer dans les parages… La mère des cinq jeunes beautés souhaite marier à tout prix l’une de ses filles à ce jeune noble… Cela va donner lieu à toute une série de scènes cocasses, vous l’imaginez bien!

L’histoire m’a vraiment plu malgré quelques passages cliché à mon goût. Je me suis vraiment intéressée au destin de ces cinq jeunes filles dont le seul avenir à espérer est d’être bien mariées… ou pas!

Le graphisme est vraiment magnifique: les couleurs sont variées et forment en même temps un tout harmonieux. Les dessins eux-mêmes sont à couper le souffle par leur précision: on se croirait presque dans la BD! L’album dans son ensemble est très beau et de grande qualité.

J’ai peu de coups de cœur pour les BD habituellement même si je les apprécie quand le sujet m’intéresse, mais pour celle-ci, si! Elle est vraiment à découvrir et j’espère que je lirai la suite!

Merci aux éditions Delcourt-Soleil pour l’envoi de cet album!

Cogito

Auteur : Victor Dixen
Editeur : Robert Laffont
2019 / 537 pages
19.90

Un don du ciel… Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie. …ou un pacte avec le diable ? Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage.
Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour ” améliorer ” la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ? Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société. L’ultime frontière sera notre cerveau. 

Mon avis :

Quand j’ai commencé la lecture de ce roman de science-fiction, je ne savais pas trop à quoi m’attendre car je n’avais pas suivi les chroniques sur cette histoire de Victor Dixen (-et je n’ai pas lu PHOBOS). J’ai été d’abord attirée par la magnifique couverture du livre. Et j’ai adoré!

On suit dans cette histoire une héroïne de 18 ans, nommée Roxane. La société dans laquelle elle vit les rejette, elle et ses parents, comme de nombreuses autres personnes… Sa mère est morte en faisant un travail indigne, son père est devenu alcoolique, et elle est elle-même une “clébarde”, une hors-la-loi… Alors tentant le tout pour le tout, elle s’inscrit à un programme… qui devrait améliorer son cerveau…

J’ai beaucoup aimé le personnage de “Rox” malgré ses très nombreuses différences avec moi. Son désespoir -ou plutôt son espoir fou- est touchant, même si elle ne montre pas ses sentiments en public.

L’intrigue est surprenante. On ne s’attend pas à grand chose, mais à tout en même temps. Les retournements de situation sont particulièrement nombreux, et ceux-ci arrivent lorsque le lecteur s’y attend le moins!

C’est donc vraiment un coup de cœur et je vous recommande cette dystopie qui fait vraiment réfléchir sur la place des nouvelles technologies dans nos vies!!!

La seizième clé

Auteur : Eric Senabre
Editeur : Didier Jeunesse
2019 / 224 pages
15.00

Dans l’immense manoir d’Hemyock, la vie d’Oswald est plutôt confortable : tout un personnel lui est dévoué pour qu’il développe ses talents de jeune prodige. Une étrange maladie lui interdirait tout contact avec l’extérieur : aussi ne connaît-il ni ses parents, ni le monde qui entoure la propriété. Mais à l’approche de ses 16 ans, le garçon s’interroge de plus en plus sur les zones d’ombre que compte son existence.
Venue de nulle part, une jeune fille le contacte secrètement et l’incite à fuir avec elle. Mais comment sortir de ces murs ? Devant eux, le mystère est bien plus grand qu’ils ne l’imaginent… 

Mon avis :

J’ai vraiment été fascinée par ce roman fantasy! Lorsque le libraire me l’a conseillé, je m’attendais à lire une histoire un peu compliquée. Finalement, l’intrigue est claire et captivante, et j’ai vite plongé dans l’histoire que j’ai dévorée!

Oswald, le héros, a un véritable don pour la poésie: il a même inventé une langue pour ça! Mais il vit dans un mystérieux manoir dont il ne peut sortir… Alors quand il rencontre une mystérieuse jeune fille qui vient lui apprendre qu’il est en fait prisonnier, il n’hésite pas à la suivre pour briser l’ennui qui baigne son quotidien.

Les héros, par leurs dons (musique pour elle, poésie pour lui) peuvent changer le cours du temps, et j’ai adoré ça! Ces pouvoirs donnent lieu à plein d’événements qui seraient impossibles sans leurs capacités, à plein d’actions loufoques que j’ai adorées!

Un coup de cœur!!!

  

Les souris du Louvre – 2. Le damier de Babel

Auteur : Joris Chamblain
Illustrateurs : Sandrine Goalec / Drac
Editeur : Editions Delcourt et Musée du Louvre Editions
2019 / 29 pages
9.95

Esope, jeune souriceau grec, n’a qu’un seul but : réunir les clans de souris et leur faire jurer de protéger les œuvres du Louvre. Mais ils sont en guerre perpétuelle et cela semble perdu d’avance. Pendant ce temps, Milo, jeune garçon connaissant par cœur, découvre ce qu’on attend vraiment de lui. Chacun de ces deux héros au de l’autre pour réussir sa mission. Mais comment faire pour s’allier quand on n’appartient pas à la même espèce ? Ils décident de faire chacun un premier pas vers faut découvrent ensemble les secrets du damier de Babel…

Mon avis :

L’Egypte… C’est dans ce merveilleux pays, ou, tout du moins, ce merveilleux département du Louvre, que va cette fois nous propulser Joris Chamblain.

Dans ce tome, le lecteur continue à suivre les deux héros de la série, une petite souris courageuse, Esope, et un jeune garçon qui force l’admiration, Milo. Ils vont, dans ce tome, approfondir leur relation, et devront faire face au père du souriceau, un tyran fou qui dirige le département d’antiquités grecques.

J’ai juste un petit regret par rapport au tome 1: que l’on voie moins les œuvres du Louvre. Mais cela ne manque pas à l’histoire: j’avais juste beaucoup aimé pouvoir faire un lien entre la BD et le musée (eh oui, j’ai acheté la première au Louvre!!! Et c’était principalement le département que je visitais. Il faudra que j’y retourne un jour!).

J’ai trouvé que dans ce tome, on voit beaucoup plus le monde des souris par rapport au monde des humains contrairement au premier tome (après peut-être que ce n’est qu’une impression!), et cela équilibre le tout.

On en découvre plus aussi sur leur quête commune, et sur l’alliance qu’autrefois, respectivement, la grand-mère et le grand-père des héros avaient nouée.

Pour finir, les illustrations de Sandrine Goalec et Drac sont très belles, et retranscrivent parfaitement l’atmosphère de cette BD…!

Série à suivre donc!

Les souris du Louvre – 1. Milo et le monde caché

Auteur : Joris Chamblain
Illustratrice : Sandrine Goalec
Editeur : Editions Delcourt et Musée du Louvre Editions
2018 / 32 pages
9.95


Milo a grandi dans l’amour de l’Art et il ne manque jamais l’occasion de communiquer sa passion à ses camarades. Son dernier exposé traite de l’attitude du public du Louvre, le musée pour lequel sa maman travaille. Sur certaines photos qui l’illustrent, on peut apercevoir la silhouette d’une souris qui semble observer le jeune photographe. C’est Ésope, un souriceau promis à un incroyable destin…

Mon avis :

J’ai bien aimé cette BD de Joris Chamblain et Sandrine Goalec. On plonge complètement dans le musée du Louvre et ses abords grâce au jeune Milo qui vient y retrouver régulièrement sa mère, et au souriceau Esope qui y vit lui en cachette (notez les noms…😂). Tous les deux sont en marge de leur société mais vont connaître probablement un grand destin et sont faits pour se rencontrer…
La BD est très bien faite car en suivant l’histoire on découvre des éléments importants du Louvre. Dans ce tome on est dans le secteur des antiquités grecques, justement celui que j’ai visité!!! Je m’étais précisément arrêtée au portique des Caryatides, impressionnée par sa taille!
J’ai aussi aimé le clin d’oeil à Homère et à l’Iliade avec la guerre entre des empires. La grand-mère de Milo est justement aède!
J’ai été frustrée que l’histoire s’arrête en plein suspense!

Falalalala

Autrice : Emilie Chazerand
Editeur : Sarbacane Editions
2019 / 412 pages
18.00

On pourrait vous dire que ce roman est un véritable réservoir d’histoires folles, belles, humaines, hilarantes, bouleversantes, un conte d’aujourd’hui qui vous arrachera des torrents de fous rires et de larmes… mais on va se contenter de chanter que ce roman est Falalalalesque ! Chez les Tannenbaum, on est petit. Trois générations d’achondroplases, soit sept naines, gèrent Tannenland, le paradis des êtres miniatures.
Deuxième curiosité alsacienne après la cathédrale de Strasbourg, cette famille n’a rien d’ordinaire. Sauf peut-être Richard, 19 ans, le seul garçon de la tribu. Le seul grand, aussi…

Mon avis :

Ce roman est un véritable coup de cœur! J’en avais déjà beaucoup entendu parler, alors, au SLPJ de Montreuil, je me suis lancée. Je m’attendais à quelque chose d’assez génial, mais ce livre a largement dépassé mes attentes.

Dans cette histoire, on suit la vie de Richard et de sa famille assez peu commune: sept naines drôles, vives, énergiques et insouciantes, à côté de lui, le géant, le garçon, celui qui n’est pas à sa place dans cet univers minuscule. On va suivre le tourbillon de cette vie de famille pleine de rires et d’originalité.

Il y a pas mal de digressions, ce qui fait que, de temps en temps, j’étais un peu perdue, mais à la fin de chacune, je comprenais pourquoi elle était là. C’est bourré de souvenirs, de joie sans raison et d’optimisme.

Je me suis dit, à bien des moments, que c’était un peu bizarre, bazar, bref, étonnant. Mais mine de rien, même s’il n’y a pas vraiment de suspense, le livre est impossible à lâcher, littéralement. Dedans, on va être submergé par le flot d’émotions qui arrive à chaque page, que ce soit tristesse, joie, colère ou incompréhension.

Les personnages sont à la fois nombreux et peu nombreux. Il sont une vingtaine, mais à la fin du livre, on a l’impression de tous les connaitre depuis toujours. Mon personnage préféré? Je n’en ai pas. J’ai peut-être une petite préférence pour Ludovika, toujours pleine d’énergie, malgré la menace qui plane sur elle, ou pour Richard, qui, sous certains points, me ressemble peut-être un peu. En tout cas, ils sont tous géniaux, merveilleux, pleins de vitalité et d’optimisme.

Dans cette famille, très unie, certains mystères planent encore, et malgré Noël, qui prend beaucoup de place dans leurs petits spectacles, leurs gâteaux (…), cela assombrit un peu l’atmosphère joyeuse de cette petit communauté…

Mais je vous laisse en découvrir plus en lisant cette pépite…!