Je suis ton soleil

Autrice : Marie Pavlenko
Editeur : Flammarion Jeunesse
2019 / 497 pages
14.90€ / 11.50

La richesse de cette chronique adolescente tient à la finesse et à la perspicacité dont l’auteur fait preuve dans l’esquisse de deux univers opposés: l’un adulte enferré dans des problèmes d’adultes, souvent peu disponible à l’écoute, et l’autre peuplé de jeunes en quête de repères qu’ils ont bien du mal à trouver, et qui font preuve d’une sacrée force intérieure pour mener à bien à la fois la réussite scolaire que l’on attend d’eux, et la « construction » d’une personnalité qui tienne la route dans un monde difficile.
Deborah a un caractère affirmé, une vraie générosité,
le courage d’affronter les non-dits, elle est attachante et donne envie au lecteur de connaître le dénouement de son histoire au multiples écueils.

Avis:

J’ai bien aimé lire ce livre, même si j’ai eu énormément de mal à accrocher, au début. Ce genre d’histoire n’est pas trop mon style : je préfère les romans fantastiques, historiques ou policiers. Mais à force de continuer à le lire (je n’étais pas chez moi, et je n’avais plus de livres…), j’ai fini par bien aimer!

Le style, bien que très familier, ne m’a pas non plus énormément gênée dans ma lecture, un peu, mais pas trop. Et en même temps, si l’écriture était sans mots familiers, cela correspondrait moins au cadre de l’histoire.

Deborah, l’héroïne, m’a vraiment touchée, avec ses problèmes familiaux et scolaires. On ressent très vite sa détresse, mais pas une détresse non plus exagérée: elle reste combative au travers des épreuves, et malgré ses difficultés, elle reste une battante.

J’ai beaucoup aimé le mélange d’espoir et de désespoir, de victoire et perte, de combativité et d’abandon. Tout ça fait la richesse du livre, et j’ai trouvé ça très émouvant.

   

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.