Guerres du monde émergé

Auteure : Licia Troisi
Editeur : PKJ
2015 / 1338 pages!!!
23.90

Quarante ans après la guerre qui a défait le Tyran, le Monde Émergé n’a toujours pas trouvé la paix. Ses adorateurs n’ont pas disparu. Une guilde secrète d’assassins continue d’agir en son nom. Partout, elle recrute des tueurs et des guerriers. A 17 ans à peine, Doubhée est la plus célèbre voleuse de la Terre du Soleil, et la Guilde souhaiterait la voir intégrer ses rangs. Pour parvenir à ses fins, la secte lui lance une malédiction.
Alors qu’elle tente d’y échapper, Doubhée découvre son plan machiavélique : faire revivre le Tyran, mort il y a quarante ans, et restaurer son règne. La résistance s’organise, mais la guerre menace une fois encore le Monde Émergé … une ultime mission, la plus périlleuse de toutes.

Mon avis :

J’ai vraiment beaucoup aimé cette trilogie de 1338 pages (le plus gros livre que j’aie jamais lu!). Doubhée m’a émue, avec la malédiction qui pèse sur elle: une “Bête” prend possession d’elle et la pousse à commettre des massacres. Sa détresse est touchante et son refus que l’on ait pitié d’elle l’est tout autant.

La relation entre Doubhée et Lonerin m’a beaucoup plu: “plus fort qu’une simple amitié, mais plus faible que l’amour”, comme le dit Doubhée (bon c’est pas exactement ça mais à peu près).

J’ai trouvé Learco très courageux, très bon, absolument pas comme son père, Dohor qui lui est cruel et assoiffé de pouvoir. Il est plein d’espoir et le transmet à Doubhée, qui elle, vit dans l’ombre et ne voit quel chemin prendre, à part celui qui lui a été tracé par la guilde.

La guilde des assassins est une secte qui est remplie de fanatiques prêts à tout pour leur dieu, Thenaar, une version terrible de Shevraar, un dieu elfique auquel était consacrée Nihal, il y a longtemps. Pour eux, la gloire de Thenaar, c’est tuer en son nom.

Doubhée est une enfant de la mort, comme tous ceux qui ont tué, volontairement ou nom, durant leur enfance. Car enfant, Doubhée a tué accidentellement un de ses camarades de jeu et a toujours été rejetée depuis, ce qui lui rend la vie dure. C’est aussi grâce à ça qu’elle se rapproche autant de Learco, qui lui aussi a tué sans le vouloir réellement, forcé par son oncle et son père. Leur relation en est d’autant plus intéressante qu’ils sont tous les deux accablés par les morts sans pouvoir s’en débarrasser.

Les descriptions de combats sont saisissantes, particulièrement celle du combat d’Ido contre Dohor. Il y a énormément de suspense, et je suis contente d’avoir acheté l’intégrale (je n’ai pas à attendre entre les tomes, je peux tout lire d’une seule traite) sinon, ce serait impossible, littéralement, de tenir en attendant le prochain tome… Je pourrais commenter encore longtemps ce livre mais je vais m’arrêter là car ceux qui ont déjà lu jusque là sont déjà très courageux!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.