Mes poèmes

Musique

Musique.

La note. Pure. Qui s’élève. Un son, un peu aigu, dénué de la lourdeur terrienne pour venir épouser le céleste. Et s’arrête.

Même l’éternité a une fin : celle des hommes. Parce que l’infini est un concept plus qu’une chose. Mais la note, elle, perdurera. Son souvenir. Son écho. Dans les cœurs.

Poser les doigts. Cette corde-ci ? Non. Celle-là. Un tempo. Une erreur, un silence de trop. Ou une note, plus pressée qu’elle ne le devrait, l’autre, paresseuse. Elles se bousculent, vite, qu’elles sortent ! Reprendre. Refaire. Jusqu’à la perfection marquée par les heures passées à apprendre.

Piano. Une touche. Appuyée. Remonter. Vers les aigus. Touche noire, touche blanche, échiquier déformé sur lequel s’affrontent chaos et harmonie, apprenti et prodige.

Musique. Absolu oublié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.