Susan Hopper – 1. Le parfum perdu

Auteures : Anne Plichota /Cendrine Wolf
Editeur : PKJ
2018 / 318 pages
7.50

Pour la première fois, Susan savoure le confort d’un grand lit dans une chambre bien à elle. Et cela, grâce aux Hopper qui viennent de l’adopter. Mais soudain, la douceur du drap laisse place à un sol rocailleux et froid, et une brise glacée lui caresse les joues. Aux pieds de Susan, des pierres tombales à perte de vue… Ce ne peut être qu’un rêve. Et si ce n’était pas le cas ? Si la malédiction qui pèse sur Susan l’avait rattrapée ?

Mon avis :

Ce livre m’a beaucoup plu, notamment avec toutes ces histoires de malédiction, de personnages d’il y a longtemps qui sont devenus immortels, grâce à un pacte avec le diable, et de vengeances inachevées.

Bien que le livre en lui-même soit plutôt court, il y a énormément d’aventure, la seule chose négative étant que le livre coupe en plein milieu de l’intrigyue. On ne sait jamais à quoi s’attendre, et cela nous réserve bien des surprises!

Les relations affectives de Susan sont très compliquées, et son intégration dans la famille Hopper en devient très compliquée. C’est intéressant de voir comment une enfant ayant perdu ses parent, brulés sous ses yeux, réagit face aux nombreuses familles d’accueil. L’enfant des Hopper, Eliot, est un enfant de la lune, et ensemble, tous deux en marge de la société, ils forment un duo intéressant. J’ai aussi beaucoup aimé Alfred, le grand père d’Eliot, qui est un personnage plutôt étrange, et très drôle. Suite à une lointaine dispute avec la mère d’Eliot, il ne vit pas dans la maison des Hopper, mais à côté, et y aller sans se faire prendre, pour les adolescents, relève d’un vrai défi. Et enfin, pour compléter l’étrange groupe, Georgette, une adorable chienne, aussi drôle qu’attachante (dans le “monde parallèle”, elle parle en zozotant!)

J‘ai beaucoup aimé découvrir ce nouveau roman de ces deux auteures que j’aime vraiment ! Je conseille fortement ce livre à tous les amateurs de fantastique, et particulièrement pour ceux qui ont aimé “Oksa Pollock”.

 

L’apprenti épouvanteur

Auteur : Joseph Delaney
Editeur : Bayard Jeunesse
2017 / 276 pages
7.90

Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence… Attention ! Histoire à ne pas lire la nuit…

Mon avis :

C’est une collection que j’avais envie de lire depuis très longtemps!

J’ai beaucoup aimé ce premier tome qui comporte de nombreuses aventures, avec de multiples retournements de situation.

J’ai particulièrement aimé toutes les infos sur les sorcières, par exemple les différents types qui “existent”.

 

 

Les carnets de Cerise et Valentin

Auteur : Joris Chamblain
Editeur : Editions du Soleil
2018 / 60 pages
14.95

Valentin – tout comme Cerise, sa maman et le papa de Valentin – s’apprête à partir pour un long voyage autour du monde. Mais il n’a que sept ans et ce voyage lui fait un peu peur. Pour tenter d’apaiser cette angoisse, Cerise et lui ont imaginé une histoire d’extraterrestres : dans la nuit du 18 août, Toloh-Tim a atterri dans le jardin. Il veut fuir une mission spéciale qu’il devait accomplir. Mais laquelle ? C’est ce que les agents spéciaux Cerise et Valentin devront découvrir.

Mon avis :

J’étais vraiment heureuse de retrouver Cerise qu’on ne devait plus revoir normalement après le tome 5.

Comme d’habitude les illustrations d’Aurélie Neyret sont magnifiques! J’aime vraiment beaucoup son jeu de couleurs.

J’ai aimé aussi l’évocation des craintes de Valentin concernant son voyage autour du monde. Mais les enquêtes des tomes précédents m’ont manqué : je pense que cette suite est destinée à des plus jeunes que moi. J’ai davantage l’âge de Cerise et ce nouveau tome pourrait être en fait comme une introduction aux Carnets de Cerise pour les plus petits.

Mais j’aime toujours autant la mise en page qui en fait un  roman graphique original!

 

Le combat d’hiver

Auteur : Jean-Claude Mourlevat
Editeur : Gallimard jeunesse
2010 / 417 pages
6.70

Quatre adolescents, évadés de leur orphelinat prison, reprennent la lutte perdue par leurs parents quinze ans plus tôt. Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, semble désespéré. Et pourtant…

Mon avis:

Ce livre m’a beaucoup touchée. Je l’ai trouvé très triste et émouvant. J’ai trouvé que le pensionnat était extrêmement dur, mais que le principe des “consoleuses” était bien, comme si ces femmes étaient des sortes de mères pour les pensionnaires.

J’ai trouvé aussi que la tyrannie dans le pays est impitoyable, ne laissant aucune liberté aux habitants, même pas celle de faire de l’art. L’arène, inspirée des arènes de l’Antiquité (lieu et fonction) a son rôle à jouer dans la barbarie de ce règne.

Mes personnages préférés sont Milos et Helen.

Dans tous les livres de J-C Mourlevat, c’est celui-ci mon préféré, à égalité avec “Terrienne”…