Violette Hurlevent et le jardin magique

Auteurs : Paul Martin / J-B Bourgois
Editeur :  Sarbacane
2019 / 450 pages
19.90€

Nul ne sait quand le Jardin Sauvage est né. Violette Hurlevent y pénètre le jour où elle doit fuir de la maison de sa mère. Loin des soucis de son existence, elle découvre alors un univers immense, caché aux autres humains et peuplé d’êtres aux coutumes étranges. Ici, les loups parlent, les pierres s’animent ; même le temps s’écoule selon de nouvelles lois. Mais la beauté du Jardin Sauvage cache de nombreux périls.
Avec son chien Pavel, aussi courageux que gourmand, Violette va affronter une menace encore plus terrible que les problèmes qu’elle voulait fuir. Pour faire face à ce défi, elle devra choisir ses alliés et retrouver les reliques, des objets aux pouvoirs mystérieux qui détiennent la clé de son destin.


Mon avis :

J’ai bien aimé ce livre! C’est vraiment un très beau roman, plein de poésie, de magie et de mystère. Bien que les illustrations ne soient pas trop dans mon style, cela apporte beaucoup à ce livre, l’illustrant d’une manière simple mais juste, laissant libre cours à l’imagination tout en nous orientant vers certaines images.

J’ai bien aimé voir la vie de l’héroïne, dure, mais profonde, lui donnant des armes en plus pour sauver le Jardin.

La seule chose que je peux reprocher à ce livre, c’est qu’il est très enfantin par moments. La magie est très présente, très belle, mais revêt parfois un aspect immature. C’est sans doute assez normal, car l’héroïne est très jeune, et que ce jardin est un refuge pour elle, mais certains passages m’ont laissée sur ma faim.

L’imaginaire est original, mettant un accent particulier sur l’utilité de chaque animal, attribuant un rôle bien défini à chacun. J’ai beaucoup aimé le peuple des fourmis, qui sont essentielles à la communication dans le jardin. On comprend comment de si petites créatures peuvent améliorer le quotidien de chacun!

La fin m’a beaucoup plu: on reste sur une note poétique, pleine d’espoir, qui garde foi en l’avenir, même si les épreuves à venir sont nombreuses, et semblent insurmontables. J’avais imaginé un autre moyen de vaincre Kaliban, plus définitif, mais en accord avec le texte, même si je le trouve très cruel. Au final, la fin que l’auteur a imaginée est bien meilleure!