Silver Batal – 1. Silver Batal et le dragon d’eau

Autrice : Kristin Halbrook
Editeur : Lumen
2019 / 478 pages
16 € 

Enfourchez votre dragon, et rendez-vous sur la ligne d’arrivée ! Silver Batal habite une ville fascinante au milieu du désert : perchés à flanc de falaise, des dizaines d’ateliers accueillent les artisans les plus divers – potiers et joailliers, ébénistes et souffleurs de verre. A treize ans, elle est censée travailler dur pour succéder à son père, l’un des bijoutiers les plus renommés de la région.
Seul problème ? Son cœur n’appartient pas au désert, mais aux flots de l’océan : elle rêve de participer aux courses de dragons d’eau qui, chaque année, font vibrer le pays tout entier. Justement, le destin ne tarde pas à frapper à sa porte : Nebekker, vieille tisserande avec laquelle elle s’est liée d’amitié, la mène jusqu’à Hiyyan, un petit dragon capable – ô miracle – non seulement de nager, mais aussi de voler ! Risquant le tout pour le tout, Silver et son cousin Brajon partent pour la cité royale, où doit justement se tenir une grande course.
Créatures des cavernes et renards du désert, circuits créés par magie sur l’océan peuplés de tourbillons et de vagues impressionnantes… les pires dangers attendent nos deux héros. A commencer par Sagittaria Prodigo, la dresseuse de dragons d’eau favorite de la reine – la féroce adversaire qui a osé enlever la mère d’Hiyyan ! 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé découvrir ce roman de chez Lumen.

Je l’ai commencé avec impatience, avec un début qui nous fait tout de suite entrer dans l’histoire, de telle sorte qu’on attend sans arrêt la suite pour pouvoir voir ce que devient l’héroïne Silver.

Les rebondissements de situation sont très présents dans ce livre, surtout quand on avance vers la fin, après le milieu du roman. Beaucoup de choses sont très étonnantes, et participent à la qualité du livre, mais parfois, ça fait un peu trop, et tout ne s’accorde pas selon moi.

J’ai beaucoup aimé la place des dragons dans cette histoire, qui les décrit comme des créatures puissantes, mais esclavagées par les hommes, et souvent haïes pour leur puissance. J’ai aimé aussi l’existence d’un lien entre homme et dragon, un lien possible, mais rare, un lien puissant et profond… 

Vivement la suite de cette saga!