Library jumpers – 2. La gardienne des mensonges

Auteure : Brenda Drake
Editeur : Lumen
2017 / 480 pages
15.00

Quand le Conseil des mages envoie Gia dans une petite ville du Connecticut, elle croit d’abord que vivre sous protection avec sa famille, ses amis – et, en bonus, Arik en personne – ne devrait pas s’avérer trop désagréable. Mais la déception ne tarde pas : son meilleur ami, Nick, a du mal à contrôler de tout nouveaux pouvoirs plus qu’inquiétants, son père est de plus en plus proche de Deirdre, la jumelle qui a pris sa place auprès de lui en l’absence de Gia, et Arik semble un peu trop intéressé par une jeune habitante du village.
Bien décidée à retrouver les Chiavi manquantes – ces clés magiques qui sont leur seul espoir –, la jeune Sentinelle, accompagnée de Nick, visite en secret certaines des plus belles bibliothèques de la planète. Mais le sort s’acharne : elle déclenche au détour d’un couloir sombre un piège qui l’expédie vers une bien mystérieuse destination. Pour retrouver les siens, Gia va être contrainte de faire un sacrifice, un choix terrible qui lui coûtera un être cher. 

Mon avis :

J’ai un peu moins aimé ce deuxième tome parce qu’il y avait moins d’aventure. Mais dès qu’il y avait de l’action c’était bien. Les découvertes que Gia fait sont étonnantes (je ne peux rien dévoiler 😉). J’ai beaucoup aimé la recherche des “chiavi” (clés) dont dépend le sort des mondes de l’histoire.

 

Elisabeth princesse à Versailles – 10. Le courrier du roi

Auteure : Annie Jay
Illustratrice : Ariane Delrieu
Editeur : Albin Michel Jeunesse
2018 / 144 pages
6.90

C’est l’effervescence à. Versailles : la belle-soeur du roi est sur le point d’accoucher. Mais alors que la princesse Elisabeth s’impatiente, une bagarre éclate entre les pages du château : Maurice et ses amis ont dérobé un courrier du roi que Colin devait remettre à l’ambassadeur du Portugal. Lorsque Elisabeth apprend que ce courrier concerne son futur mariage… elle fait tout pour le récupérer !

Mon avis :
Je crois que vous aurez reconnu ma série fétiche avec les superbes marque-pages!
Je me suis attachée à Elisabeth même si je pense que désormais je suis vraiment vraiment trop grande… C’est probablement le dernier que je lis malgré mon affection pour l’héroïne! 😭

 

Les fées à l’aquarelle

Auteure : Sara Burrier
Editeur : Ouest-France
2015 / 128 pages
9.90 €

Livre d’initiation au dessin et à la peinture d’un monde purement imaginaire. Cet ouvrage s’intéresse plus particulièrement aux fées et aux différentes apparences qu’elles peuvent avoir. Il se base sur 75 règles à suivre pour les représenter avec succès. Fourmillant d’idées et de modèles de personnages, cet ouvrage se compose de trois chapitres : – les règles du dessin appliquées aux fées : anatomie, poses, textures… – les règles de l’aquarelle appliquées aux fées : mouillé sur mouillé, apporter du volume… – les règles d’autres artistes issus du monde féérique.

Mon avis:

Reçu de la part de ma marraine à Noël ce superbe livre pour me perfectionner en dessin. Univers de la fantasy que j’adore! Pour vous montrer le résultat final, j’attendrai de progresser encore un peu!

 

 

Les contes de Beedle le barde

Auteure : J-K Rowling
Editeur : Gallimard Jeunesse

Autre livre prêté par ma copine. C’est un recueil de 5 contes destinés aux enfants sorciers (et aux moldus!). Ils auraient été traduits des runes par Hermione Granger et commentés par Albus Dumbledore! Il donne notamment des détails sur la vie de Poudlard.


Les contes sont variés dans leur style: drôles ou jouant sur la peur. Les dessins sont de J-K Rowling elle-même.

Cela m’a donné PEUT-ÊTRE envie de recommencer HARRY POTTER. J’ai commencé la série trop petite et j’ai eu peur car j’ai BEAUCOUP d’imagination. Du coup j’ai arrêté au 2ème tome… Je dois être une des seules à ne pas l’avoir lu!!!

 

 

Les aventures du jeune Jules Verne – 5. Piégés sur la lune

Auteur : Capitaine Nemo
Editeur : Pocket Jeunesse
2018 / 187 pages
11.90

Cette année, le Concours des Jeunes Inventeurs se tient à Nantes. L’occasion est trop belle ! Jules décide de présenter… une fusée pour aller sur la Lune. Mais un complot semble se préparer. Et voilà que Jules et ses amis se retrouvent à des kilomètres de la Terre… 

Mon avis :

Déjà le tome 5 de cette série que j’aime beaucoup car elle imagine l’enfance de Jules Verne. Cette fois-ci ce sont les romans DE LA TERRE A LA LUNE et AUTOUR DE LA LUNE de ce grand auteur qui servent de prétexte. Il y a de nombreux rebondissements dans l’histoire. J’aime toujours autant les personnages de Jules et de Marie.


 

Célestine – 2. Le chausson rouge

Auteure : Gwenaële Barussaud
Illustratrice: Myrtille Tournefeuille
Editeur : Albin Michel Jeunesse
2018 / 144 pages
6.90
 

Une semaine a passé depuis que Célestine est entrée à l’école des petits rats. Alors qu’elle tente de s’habituer à sa nouvelle vie à Paris, Célestine est toujours attristée de voir son chausson porte-bonheur suspendu à la façade de l’Opéra depuis que Solange l’y a jeté le jour de son audition ! Célestine va devoir faire preuve d’ingéniosité pour le récupérer. Heureusement, son amie Adèle a promis de l’aider en échange d’une excursion à l’Exposition Universelle, dont tous les journaux parlent en ce début de siècle.
L’occasion pour les deux petites danseuses de s’émerveiller encore…

Mon avis :

Suite des aventures de Célestine qui devient petit rat à l’opéra. Tout ne va pas comme elle le souhaiterait et il y a évidemment des rivalités…
On découvre dans le roman l’Exposition Universelle avec la récente Tour Eiffel, le cinématographe… Les dessins permettent de bien s’imaginer l’époque. Pour la danse j’ai appris l’existence originale de Cléo de Mérode.

J’attends la suite avec impatience. Et superbe marque-page!

 

Enola – 4. Le yéti qui avait perdu l’appétit

Auteur : Joris Chamblain
Editeur: Editions de la Gouttière
2018 / 32 pages
10.70

Caché au coeur d’un Muséum d’Histoire Naturelle se trouve le cabinet d’Enola, une vétérinaire hors du commun. Sa spécialité ? Les animaux des contes et légendes ! Centaures, trolls et autres licornes n’ont aucun secret pour elle. Avec son compagnon de route Maneki et à l’aide des inventions du génial Archibald, elle parcourt le monde pour soigner les maux des créatures extraordinaires. La petite souris n’est pas passée ? Votre minotaure semble égaré ? Demandez conseil à Enola, elle saura vous aider !

Mon avis :

Ça y est! J’ai enfin pu me procurer le dernier tome d’Enola! Après avoir soigné une gargouille, une licorne et un kraken, la jeune vétérinaire part dans l’Himalaya s’occuper d’un yéti qui semble refuser les offrandes des moines bouddhistes.
De la série, c’est ce dernier volume que j’ai préféré. Les histoires sont souvent plus simples que dans d’autres albums de JORIS CHAMBLAIN mais j’adore l’idée d’une collection basée sur des animaux fantastiques! En plus, on voyage à chaque fois avec les dessins de Lucile Thibaudier!

Célestine – 1. Le palais des fées

Auteure : Gwenaële Barussaud
Editeur : Albin Michel Jeunesse
2018 / 144 pages
6.90
 

Nous sommes en 1900 et c’est le grand jour pour Célestine, 11 ans : elle monte enfin à Paris pour passer le concours d’entrée à L’Opéra, son rêve depuis toujours ! Pour elle qui n’a jamais quitté la ville de Lille, c’est une grande aventure. Célestine est tout de suite fascinée par la ville et ses lumières. Et encore plus par l’Opéra, le palais des fées ! Mais une fois dans les vestiaires, la jeune danseuse n’est plus certaine que ses chaussons porte-bonheur vont lui suffire pour réussir l’audition.
Elle sait qu’une candidate sur dix seulement aura la chance d’être retenue, pourvu que ce soit elle…

Mon avis :

C’est une toute nouvelle collection sur le modèle d’ELISABETH PRINCESSE À VERSAILLES. Même si je suis encore une fois un peu grande pour cette série, j’ai quand même craqué rien que pour avoir le marque-page! On va suivre les aventures de Célestine, qui vient de sa province pour tenter de rentrer à l’Opéra de Paris. Et comme je fais de la danse classique depuis que j’ai 4 ans …


J’ai bien aimé le style l’auteur (j’ai déjà lu d’elle “Léo, mon secret est une chance”) et il y a toujours de superbes illustrations dans cette collection!
Comme d’habitude à la fin du roman, un mini-documentaire, sur l’Opéra Garnier cette fois-ci, surnommé le palais des fées .

 

Léo – Mon secret est une chance

Auteure : Gwenaële Barussaud
Editeur : Rageot
2018 / 256 pages
13.90
 

1869. Jeune ouvrière, Léo emballe toute la journée des tablettes de chocolat dans du papier doré. Un jour, son destin bascule. Ses parents lui apprennent qu’elle est la fille de riches Parisiens. Afin de les rencontrer, elle se rend à Paris, pénètre dans leur immeuble et s’y fait embaucher comme domestique. mais quand tout est bouleversé, que deviennent les rêves de bonheur et de liberté?

Mon avis :

Il s’agit d’un livre original que j’ai bien aimé! En effet l’histoire se déroule au temps de Napoléon III sous l’Empire. C’est le premier roman que je lis sur cette époque. On découvre la vie du peuple à cette époque (ouvriers, domestiques) et les différents partis politiques.
Mais on suit aussi le changement d’une jeune fille qui se rend à Paris pour rechercher ses vrais parents et qui découvre la vie tout simplement. C’est une grande aventure que je n’ai pu lâcher avant de l’avoir terminée!
Et merci à Charlot pour la photo (mon chat à 3 pattes!)

 

 

Le petit livre des haïkus

Auteure : Muriel Détrie
Editeur : First Editions
2018 / 159 pages
2.99
 

Qui ne connaît aujourd’hui le haïku, ce petit poème dense et concis apparu au Japon au XVIe siècle et qui depuis un siècle a essaimé partout dans le monde ? Ce petit livre vous propose un large éventail de cette forme poétique japonaise devenue universelle, depuis ses origines jusqu’ à nos jours. Vous y trouverez les fameux haïkus des saisons des maîtres du genre tels Bashô, Buson et Issa, mais aussi ceux de Julien Vocance, Jack Kerouac ou Octavio Paz, écrivains grâce auxquels le haïku a parcouru le monde en ne cessant de se renouveler.

Mon avis :

Sur les conseils de Joris Chamblain (Les Carnets de Cerise), je suis partie à la découverte des haïkus , ces petits poèmes japonais de trois vers (5/7/5). Je ne les ai pas tous aimés car certains étaient moins poétiques. Mais je retiens leur construction qui dit l’essentiel en quelques mots. En revanche les rimes me manquaient! Mais ce sont souvent des traductions.